Prêter de l’argent: pour ou contre?

Il suffit de faire une petit tour sur Internet et vous constaterez très rapidement que le nombre de citations, de maximes ou de proverbes sur l’argent peut vous donner le tournis. L’argent peut susciter une foule de sentiments, allant du pire au meilleur. On souhaiterait que généralement ce soit un sentiment agréable. Alors notre rapport avec l’argent et l’usage qu’on en fait doivent être soignés de sorte que les retombées soient à notre avantage.

L’une des décisions cruciales que nous serons amenés pour la plupart d’entre nous à prendre en rapport avec l’argent est: Prêter ou ne pas prêter, « …telle est la question » (😉 Petit coucou à Shakespeare). Ceci étant, est-ce une bonne idée de prêter de l’argent à quelqu’un d’autre, peu importe qu’il soit un ami, un parent, une connaissance, un collègue, etc.? Si vous avez déjà passé 15 secondes sans répondre mordicus oui ou non, c’est que la réponse n’est pas aussi évidente. N’est-ce pas?

Dans son bestseller Principles, Ray Dalio, célèbre milliardaire américain qui a fait fortune dans la gestion de fonds spéculatifs (Hedge funds) donnait comme conseil de s’établir des principes (sorte de feuille de route) pour ce qui est de prendre une décision qui peut apparaître ou réapparaître plus d’une fois dans notre existence. Ce qui semble être pertinent pour ce qui est de prêter de l’argent. Non!? Ne croyez-vous pas qu’il va arriver de nombreuses fois dans votre vie qu’on vous demande: « Peux-tu me dépanner STP? Je te rembourse après. » En tout cas, préparez-vous à ce jour s’il n’est pas encore arrivé. Alors, parlant de se préparer à cette éventualité, donc d’établir un principe clair à appliquer lorsque vous aurez à décider si vous allez prêter ou pas votre argent, à part mon analyse et ma synthèse de nombreux cas dont j’ai été sujet ou témoin, il y a un épisode du livre L’homme le plus riche de Babylone qui semble, à mon avis traiter de la question avec beaucoup de perspicacité et de discernement. Il s’agit de la fable du bœuf et de l’âne. Le premier souffrait de son labeur quotidien tandis que le second semblait avoir une astuce pour l’aider celui-ci à se débarrasser de son fardeau. Que s’est-il passé exactement?

Le bœuf et l’âne de la fable vivaient dans le domaine d’un seul et même maître. Le bœuf se plaignait de la lourdeur de ses tâches mais ne savait que faire pour améliorer son sort. Alors l’âne tout fier d’avoir la solution infaillible au problème du bœuf lui proposa de faire semblant d’être malade et ainsi le maître le laissera tranquille pour un bon moment. Tout naturellement, le bœuf appliqua exactement le conseil que lui prodigua l’âne. Résultat? Le bœuf fût exempté de corvée. Mais, ne dit-on pas que :« Rien ne se perdrien ne se crée : tout se transforme »? Alors, le maître va t-il perdre les bienfaits que le travail du bœuf lui procure? Ou va t-il nous prouver que Lavoisier (auteur de la précédente citation) a raison d’une manière au d’une autre? Si oui qu’est-ce qui va se transformer pendant que rien ne se perd et que rien ne se crée? Comme on le dirait, le maître n’a pas encore dit son dernier mot. Il a plus d’un tour dans son sac. Sinon, plus d’une carte dans sa manche. Et devinez quelle autre carte il possède à part le bœuf dont il doit se priver pour un temps? Voyez-vous de quelle carte il s’agit? Bien sûr que c’est son âne futé. Eh bien! Toute la corvée dont le bœuf est exemptée revient à l’âne. Pauvre âne qui pensait bien faire! La leçon qui se dégage de cette fable est la suivante:

Si tu désires aider ton ami, fais-le de façon à ce que les tâches de celui-ci ne te reviennent pas.

Mathon, Le prêteur d’oR (personnage du livre l’homme le plus riche de babylone)

En quoi cela concerne notre éventuelle décision pour ce qui est de prêter ou de ne pas prêter notre argent. Généralement, celui qui demande un prêt (l’emprunteur) a besoin de l’argent pour soit régler un problème, soit un faux problème. Dans tous les cas, c’est son problème. N’est-ce pas? Ne me traitez pas encore de sans cœur😉. Vous comprendrez🙂. Alors, ce que nous devons retenir est que si le fait de dépanner quelqu’un en lui consentant un prêt d’argent doit nous causer une panne, ne le faisons tout simplement pas. Cela pourrait causer des problèmes plus graves allant d’une relation détériorée à une dégradation de réputation si ce n’est des problèmes financiers (les nôtres cette fois-ci). Comment donc procéder pour savoir si nous sommes face à une situation où le fait de prêter de l’argent ne nous retombera pas dessus?

Avant d’évoquer un autre conseil de Mathon, le prêteur d’or du livre L’homme le plus riche de Babylone, il y a certaines astuces à prendre en compte.

Pour beaucoup d’amis et de connaissances, ils ne prêtent tout simplement pas d’argent parce qu’il considèrent qu’ils ne sont pas une institution financière et que c’est auprès de cette dernière qu’il faut s’adresser si on a besoin d’emprunter. Et ça s’arrête là. Une idée qui soutient cette façon d’aborder la question est que si l’emprunteur est solvable, il ne devrait avoir aucune difficulté à se faire accorder un crédit auprès d’une institution financière. Ce qui me semble bien réfléchi.

Pour d’autres, ils ne sont prêts à prêter à quelqu’un que le montant qu’ils sont eux-mêmes prêts à perdre sans avoir à le regretter. Donc, une qu’ils sont prêts à offrir en don ou tout montant dont la perte ne pourrait en aucun cas affecter leur santé financière.

D’autres encore vont plus loin. Peu importe le montant demandé, il n’accorde à l’emprunteur que ce qu’il sont capables de lui accorder comme don. Et cela reste ainsi: un don. Pour ces derniers, c’est une manière psychologique de se détacher de tout sentiment de déception envers un ami emprunteur qui éventuellement n’honorerait pas son engagement de leur rembourser la somme si elle était un prêt plutôt qu’un don.

Selon le profil de personnalité qui vous représente le plus, vous trouverez certainement l’approche qui vous convient le mieux. Toutefois, il serait très bénéfique pour vous de savoir comment procède Mathon, le prêteur d’or car sa démarche s’accorde parfaitement avec le conseil de Ray Dalio évoqué au départ; celui de s’établir des principes nous permettant de prendre des décisions éclairées en face de situations que nous rencontreront certainement plus d’une fois durant notre existence.

Pour Mathon, voici le mode opératoire quand il fait face à quelqu’un qui veut emprunter de l’argent auprès de lui:

Avant de citer les trois types d’emprunteurs qui existent selon lui, Mathon fait une déclaration qui nous rappelle curieusement une entité que j’ai déjà cité plus tôt: les banques. Mathon dit tout simplement qu’il prête de l’or à une seule condition: que l’emprunteur lui fournisse un gage; une garantie si vous préférez. Avant d’aller plus loin, voici selon Mathon les trois types d’emprunteurs:

  • Les individus qui possèdent des biens supérieurs à la valeur du prêt.
  • Les individus qui disposent d’un revenu régulier.
  • Les individus qui n’ont ni biens ni revenus.

En ce qui concerne Mathon, Il ne prêtait qu’aux deux premiers types d’emprunteurs. Ainsi, il conservait dans un coffre les gages des prêts qu’on ne lui avait pas remboursé, afin de s’en souvenir et d’en tirer des leçons. Il fait ensuite une précision sur ces derniers:

S’ils empruntent pour obtenir des profits, je le devine et leur accorde le prêt. Mais s’ils empruntent pour payer leurs sottises, je t’avertis d’être prudent si tu veux récupérer ton or.

Rappelons ici que Mathon est un professionnel plus qu’avisé. Si vous pensez avoir les moyens de sa politique, faites comme lui si vous voulez bien accorder des prêts à ceux qui vous en demandent. Toutefois, si vous n’avez pas les moyen de la politique de Mathon, vous pouvez toujours user des approches citées plus haut, ou encore tout simplement ne pas emprunter.

J’espère vivement que cet article vous a aidé dans une certaine mesure à vous établir un principe à adopter en face d’un emprunteur. On parlera peut être du cas inverse dans un prochain article, à savoir, celui où c’est plutôt nous qui sommes l’emprunteur. En tous cas, j’ai bien envie de me pencher sur le sujet. Rendez-vous au prochain article 😉.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :