Comment et pourquoi économiser (épargner)


Et si on commençait par une mise en contexte.

Scénario numéro 1: Joe aime du café et il aime en prendre au moins une fois par jour. Il s’en procure tous les jours au café du coin.


Scénario numéro 2: Claude fait la lessive chaque fois que son panier de linge sale se remplit.


Scénario numéro 3: Victoria vient de manquer son rendez-vous chez le dentiste et ce n’est pas grave puisque ce n’est pas si urgent (selon elle).

Je comprendrai parfaitement que vous ne perceviez pas de lien entre ces trois scénarios cités plus haut. Même s’ils apparaissent après le titre de cet article. En effet, tous constituent des situations banales qui arrivent à une certaine fréquence dans la vie de chacun de nous. Vous connaissez peut être la chanson « Alors on danse » de l’artiste belge Stromae. Elle évoque des réalités du quotidien de nombreux individus. Certaines des paroles disent ce qui suit:

Qui dit argent dit dépenses. Et qui dit crédit dit créances. Qui dit dettes te dit huissier. Oui tu es assis dans la m****.

Stromae

Alors on danse? On verra bien… En fait, pour la majorité des êtres humains, l’argent et tout ce qui va avec font partie de notre quotidien. Qu’on le veuille ou non. Parmi les choses qui vont avec, il y a précisément l’épargne: le sujet de cet article. D’entrée de jeu, ceci n’est pas une liste interminable d’astuces à appliquer pour épargner. Quoi qu’elles (ces astuces) ont leur utilité et que certaines d’entre elles ont inspiré largement le présent article. Toutefois j’aimerais qu’on aborde la question de l’épargne sous un angle autre que les listes. J’ai pris un peu de temps pour parcourir des articles intéressants nous livrant des astuces pour mettre un peu, sinon plus d’argent de côté. Parcourir ces articles m’a conduit à certaines conclusions que j’espère, pourront outiller davantage tous ceux pour qui l’épargne est très importante, mais ne parviennent toujours pas à trouver le « truc » adapté à leur situation personnelle pour y arriver.

Les raisons qui nous poussent (ou devraient nous pousser) à épargner

Pour s’engager dans une action aussi exigeante en terme de discipline, de rigueur et régularité que l’épargne, il faut bien avoir une raison. Et il vaut mieux qu’elle soit une bonne. Il serait donc bien de savoir ou de faire l’exercice de déterminer à l’avance la ou les raisons pour lesquelles on veut épargner. Nous allons peut être juste nous arrêter sur quelques unes d’entre elles, car en faire une liste exhaustive peut s’avérer être une tâche fastidieuse et interminable. Encore faut-il prendre en compte les réalités de la société dans laquelle vous vivez pour juger de leur pertinence. Par exemple, posséder une voiture peut être une quasi nécessité à un endroit du globe pendant que cela constitue un superflu ou un élément purement optionnel à un autre.

Parmi les articles que j’ai consultés, il y en a quelques-uns qui abordent la question en évoquant des raisons qui peuvent nous pousser à épargner. Voici celles que nous avons recensées:

  • Les imprévus de la vie (coussin de sécurité)
  • La retraite*
  • Les études des enfants
  • Le lancement d’une entreprise
  • La mise de fonds (acompte) pour l’achat d’une maison
  • L’achat d’une voiture
  • Les vacances
  • la réalisation d’un projet.

*La retraite ne devrait pas se planifier avec de l’épargne au sens absolu du terme. Étant donné que les taux applicables au compte d’épargne ne sont généralement pas suffisants pour couvrir ne serait-ce que l’inflation, il convient que l’épargne dédiée à la retraite soit destinée à être investie dans un actif qui peut au minimum couvrir l’effet d’inflation sur le long terme. Il convient de vous référer à votre conseiller financier pour avoir plus de détails sur ce sujet.

L’étape à ne pas sauter

Comme dans la plupart des projets, l’étape la plus importante d’un plan d’épargne n’est pas forcément la plus agréable: le budget. Bien que je ne dise pas qu’il n’en existe pas, je ne connais personne qui aime établir son budget personnel de revenus et de dépenses. Essentiellement, il faut lister tous les éléments (ou comptes) devant apparaître dans le budget, tant dans la colonne des revenus que celle des dépenses. En fait ça peut paraître simple. Mais le vrai problème provient du fait que quand je dis « tous les éléments », je veux vraiment dire « TOUS ». Croyez-moi, ça peut très vite devenir stressant de faire cet exercice quand on mesure toute l’ampleur de « TOUS« .

N’oubliez surtout pas. Établir un budget n’est que la pointe de l’iceberg. Le budget ne vous sera véritablement de grande valeur que si vous le respectez. Disons… à quelques petites variantes près. Mais vraiment petite là. Sinon ça ne fonctionne plus 🙂.

Cela étant, « quand il faut y aller, il faut y aller». Faites-vous violence si vous voulez vous donner le plus de chance possible de réussir votre plan d’épargne. Je ne pense pas que ça tue 😉. L’avantage est de savoir dans les moindres détails ou dans quoi va votre argent aussi durement gagné. Cela vous permettra ensuite de faire une sorte de ménage pour décider avec plus de lucidité et pleine conscience vers et dans quoi vous voulez que votre argent aille. On va rester sur cette note plutôt positive à mon sens.

Oh! J’allais oublié. En fait, pour avoir encore plus de chance qu’avec le budget uniquement, ce serait vraiment avisé de faire d’abord ce que les initiés appelleront bilan. C’est en quelque sorte votre patrimoine en temps réel. Il va s’agir de mettre ensemble dans un tableau une liste de ce que vous possédez d’une part et de ce que vous devez d’autre part. Vous comprenez aisément que ce que vous possédez est positif pendant que ce que vous devez est négatif. La somme de tous ces éléments vous permettra de qualifier votre patrimoine. Si le résultat est positif, on dira que vous avez un patrimoine positif: ce qui est souhaitable. Si au contraire, le résultat est négatif, on dira que votre patrimoine est négatif: ce qui est moins souhaitable car ça veut dire en terme plus claire que vous avez une dette à payer pour être « en règle ».

Maintenant que nous sommes sur la même longueur d’onde pour ce qui est du budget et du bilan, voyons pourquoi ils sont primordiaux pour un plan d’épargne réussi et le lien qui les relie.

En termes simples, le budget vous permettra de savoir où va votre argent, si vous avez de l’argent à épargner ou si vous pouvez changer de destination à un certain montant d’argent initialement consacré à une utilité quelconque (autre que l’épargne) vers de l’épargne.

Encore en termes simples, le bilan lui, avant même de vous lancer dans la fastidieuse tâche d’établir un budget, vous permettra de savoir ce qui suit: si mon budget dégage des montants libres de dépenses, devrais-je immédiatement les diriger vers de l’épargne ou devrais-je faire un détour? En fait, si votre bilan est positif, vous avez le feu vert pour diriger votre surplus de budget vers l’épargne. Par contre, si le bilan est négatif, vous allez devoir peut être faire un petit détour: payer vos dettes et après cela, bâtir votre château d’épargne. Toutefois, l’allure et l’intensité avec laquelle vous allez payer votre dette ainsi que la proportion de votre surplus budgétaire que vous voulez y consacrer dépendent de vous et des réalités de votre situation. Ce qui vous donne la possibilité (si elle s’accorde avec votre situation personnelle) d’épargner en même temps que vous payez vos dettes. Pour déterminer l’efficacité d’une telle approche, ce serait toujours préférable de consulter votre conseiller financier. Ce que je ne suis pas 😉.

Si vous n’avez encore jamais abordé la question de l’épargne comme nous sommes en train de le faire jusqu’alors et que vous trouvez cela utile, intéressant ou même agréable, nous allons passer à un autre niveau.

Personnellement, lorsque je comprends les raisons pour lesquelles je me lance dans telle ou telle activité, que je cerne les contours des éléments qu’elle implique et les liens qu’il y a entre ces éléments, je suis plus enclin et plus motivé à m’y engager. Si c’est le cas pour vous également, voyons un peu comment procéder avec l’épargne.

Comment épargner (pour le meilleur)

Rappelez-vous que ce n’est pas dans mes intentions de vous livrer une liste exhaustive d’astuces pour épargner. Cependant, je me servirai bien volontiers de listes d’astuces pour livrer mon message. Depuis que nous parlions d’épargne, il est fort à parier que l’attention de la plupart d’entre nous est centrée sur l’argent, un peu comme s’il ne s’agissait que d’argent. Cela se comprend aisément et c’est légitime. Après tout, cela se résume à « sauver de l’argent ». Toutefois, à la lumière des nombreux articles que j’ai lu sur les astuces pour épargner, on s’aperçoit que la question touche aux aspects les plus banales et insolites de notre quotidien. Vous rappelez-vous des trois scénarios cités au début de cet article?

Prenons le cas de Joe qui prend du café quotidiennement au café du coin. Ce café, s’il choisissait de se le préparer lui même à la maison, il économiserait certainement quelques sous quotidiennement. Et n’oubliez pas: « Les petits ruisseaux font les grandes rivières ».

Prenons le cas de Claude qui fait sa lessive chaque fois que son panier de linge sale se remplit. Dépendamment de la température d’eau à laquelle Claude fait sa lessive et du mode de séchage utilisé (séchoir ou sécheuse électrique), un peu d’argent pourrait être éventuellement sauvé. N’oubliez pas! Quand il s’agit de se faire un peu plus d’argent, il y a plusieurs options: gagner encore plus d’argent, dépenser moins d’argent ou encore faire les deux simultanément.

Enfin, c’est au tour de Victoria qui a manqué son rendez-vous médical. Dépendamment du mal latent que ce rendez-vous aurait pu prévenir ou traiter à temps, elle aurait pu éventuellement sauver de l’argent qui risque d’être dépensé pour régler une urgence médicale. N’oubliez pas: « Prévenir vaut mieux que guérir ».

Maintenant que nous comprenons à quel point la question de l’épargne touche une multitude d’aspects de notre vie, il est temps de faire un plan, soit mental, soit écrit, pour se donner une ligne de conduite de comment et selon quelle structure nous voulons aborder l’épargne. Il y a plusieurs manières d’aborder l’épargne et il appartient à chacun de choisir celle qui lui convient. Voici donc quelques structures selon lesquelles nous pouvons aborder l’épargne:

  • Selon la raison de l’épargne: le site investopedia (en anglais uniquement) nous présente une structure de plan d’épargne qui nous amène à identifier les raisons pour lesquelles nous voulons épargner, puis nous donne des astuces adaptées à chacune d’elle. Voir ce lien.
  • Selon les concepts liés de près ou de loin à la question de l’épargne: c’est dans ce cas qu’on parle de bilan, de budget et d’autres concepts encore plus intéressants. Le site de l’Autorité des marchés financiers de la province du Québec donne accès à un merveilleux document illustrant en détails l’approche des concepts. Vous pouvez y avoir accès ici.
  • Selon les catégories de dépenses: c’est la structure qui s’avère la plus adoptée par la plupart des sources d’informations que j’ai consultées. D’ailleurs les deux premières structures s’y rapprochent d’une manière ou d’une autre. L’article que j’ai jugé le plus approprié de partager avec vous à ce effet est celle du site coupdepouce.com que vous trouverez ici. La raison qui a guidé mon choix est que cet article fait des mises en contexte qui permettent également d’aborder la question par rapport au montant d’argent qu’on gagnerait à épargner dans un horizon d’une année. Ce que je trouve être un bon moyen pour se motiver davantage à épargner.
  • Selon un refrain: cette structure semble être la plus simple et la plus intuitive de la liste mais elle serait aussi la plus envahissante. Toutefois elle est d’une efficacité à vous faire tailler vos dépenses au millimètre près. C’est celle décrite dans le livre de l’auteur québécois Pierre-Yves McSween. Il est intitulé EN AS-TU VRAIMENT BESOIN? et est disponible sur Amazon. Il s’agit en somme, de vous poser systématiquement la question « en ai-je vraiment besoin » à chaque fois que vous êtes appelés à prendre une décision ayant un lien aussi minime soit-il avec l’argent. Pour ma part, j’ai acheté accidentellement ce livre dans une pharmacie car je devais absolument faire un achat pour me garantir un certain privilège (une longue histoire). Je l’ai lu, j’en ai parlé autour de moi, je l’ai prêté et je l’ai récupéré pour le garder dans ma bibliothèque personnelle.

Peu importe la structure que vous aurez adopté, il y a des règles de base à appliquer telles qu’elles sont présentées dans l’article du lien suivant. Vous pouvez également vous bâtir votre propre structure ou approche. L’essentiel est qu’elle vous mène efficacement vers votre but. Quelle que soit l’approche que vous aurez adoptée, elle n’aboutira pas à grand-chose si vous n’y mettez pas la discipline, la rigueur, la praticité, et l’efficacité requises.

N’oubliez surtout pas! C’est pour votre bien que vous épargnez. Alors, si cela doit vous obséder, il faut revoir votre approche. Faites le point de temps en temps pour savoir où vous en êtes. Vous avez au moins deux points de comparaison différents en plus du point où vous en serez au moment de faire le point (Oui! Je comprends que ça commence à devenir saturé, mais relisez une nouvelle fois et vous verrez que c’est clair 😊). Bref, primo, vous pouvez comparer le montant que vous avez déjà épargné à ce que vous possédiez avant de prendre la résolution d’épargner. Secundo, vous pouvez comparer votre épargne accumulée au montant total que vous vous êtes fixé comme objectif d’amasser. Trouvez le moyen de rendre votre pratique de l’épargne agréable et gratifiante. Sans cela, il serait difficile d’en valider la raison d’être.

J’espère que vous avez aimé cet article et que surtout il vous inspirera et contribuera à vous faire adopter le meilleur plan d’épargne qui soit en phase avec vos propres réalités et vos aspirations.

Sommaire des étapes d’un plan d’épargne

  • Un plan d’épargne comme nombre d’autres projets devrait commencer par la question « pourquoi »: la raison pour laquelle je veux épargner.
  • Lorsque j’ai trouvé la raison, il faudrait dresser un bilan afin d’avoir une vue précise de mon patrimoine financier. Cela afin de savoir si j’aurai éventuellement besoin d’emprunter un détour (payer mes dettes) ou pas avant de mettre de l’argent de côté pour mes propres projets.
  • Établir un budget réaliste pour savoir où ou dans quoi va mon argent actuellement et décider avec plus de lucidité et pleine conscience d’où et dans quoi mon argent ira désormais en gardant à l’esprit que l’une de ces destinations devra immanquablement être l’épargne.
  • Faire preuve de jugement pour décider quelle approche d’épargne on voudrait adopter.
  • Faire preuve de discipline, de rigueur, de praticité et d’efficacité dans l’exécution de l’approche ou structure adoptée.

Une petite citation pour finir 😉:

The idea is worth nothing if it is not put into action.

Martin Frascaroli, CEO of Aivo

L’idée ne vaut rien si elle n’est pas mise en œuvre.

Martin Frascaroli, CEO DE Aivo

  4 réflexions sur “Comment et pourquoi économiser (épargner)

  1. MisterBleck
    27 mai 2020 à 17 h 07 min

    La recette ultime. Un bel article, de très bonnes illustrations et beaucoup de bons sens. J’ai bien aimé votre article. Continuez sur cette lancée 👍

    J'aime

  2. 28 mai 2020 à 9 h 29 min

    Super article, complet, avec de très bonnes informations et des concepts pertinents. Merci pour tous ces mots. Belle journée !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :